..
LeStudio1.com
_____________________________________________________________
Photographies par Jacques Robert - Tous droits réservés /
Pictures by Jacques Robert - All Rights Reserved


    Orchestre de la Francophonie Canadienne
    par Jacques Robert - Montréal
    13 juillet 2009 - Montréal
_____________________________________________________________
Envoyer cette page à:
_____________________________________________________________
..
Beethoven, Notre-Dame de Paris et Starmania!
par Jacques Robert
Un registre très large cet été pour l'Orchestre de la Francophonie Canadienne à Québec et
Montréal. (voir le programme détaillé au bas de cette page)
En effet, l'OFC entreprend la plus grande aventure de son histoire avec plus d'une centaine
d'artistes sous le thème: " Beethoven à Québec et à Montréal."
Avec certaines des plus grandes voix du Québec, dont Marc Hervieux, Marie-Josée Lord,
Geneviève Couillard Després, Raphaëlle Paquette et Étienne Dupuis ainsi que le chœur de
l’Orchestre de la francophonie canadienne.
Les quatre concerts symphoniques seront présentés du 21 au 24 juillet au palais Montcalm à
Québec, et du 11 au 14 août à la salle Pierre-Mercure de Montréal. L'enregistrement en direct de
l'intégrale des symphonies de Beethoven sera réalisé durant les prestations de l'OFC à Montréal.
Enfin le 15 août, à 19 h30, salle Pierre Mercure à Montréal: "De Notre-Dame à Monopolis."
Pièce de Luc Plamondon (Starmania et Notre-Dame-de-Paris)
Musique de Riccardo Cocciante.
Solistes : Marc Hervieux, Marie-Josée Lord Étienne Dupuis, Raphaëlle Paquette.
Voici quelques photos que j'ai prises de l'Orchestre de la Francophonie et de son directeur
artistique Jean-Philippe Tremblay.
______________________________________________________________
Note de la rédaction:
Le collaborateur de LeStudio1.com Jacques Robert est un grand amateur de musique classique
et sa recommandation de l'été 2009 est celle des concerts de l'Orchestre de la Francophonie
Canadienne dirigé par Jean-Philippe Tremblay. Jacques nous propose un reportage photos
de cette formation musicale.
________________________________________________________________________
Raphaëlle Paquette
de haut en bas:
Marc Hervieux, Marie-Josée Lord,
Etienne Dupuis et Geneviève Couillard Després
______________________________________________________
Jean-Philippe Tremblay et Luc Plamondon
Programmation

Concerts avec l’Orchestre de la francophonie canadienne
Jean-Philippe Tremblay, chef

Palais Montcalm 995, place d'Youville, Québec

21 juillet, 19h30
Beethoven, Symphonie n° 1 en do majeur, opus 21
Beethoven, Symphonie n° 2 en ré majeur, opus 36
Beethoven, La Symphonie n° 3 en mi bémol majeur, opus 55 « Eroica »

22 juillet, 19h30
Beethoven, Symphonie n° 4 en si bémol majeur, opus 60
Beethoven, Symphonie no 5 en do mineur, opus 67

23 juilllet, 19h30
Beethoven, Symphonie n° 6 en fa majeur, opus 68
Beethoven, Symphonie n° 7 en la majeur, opus 92

24 juillet, 19h30
Beethoven, Symphonie n°8 en fa majeur, opus 93
Beethoven, Symphonie n° 9 en ré mineur, opus 125
Solistes : Marc Hervieux, Marie-Josée Lord
      Geneviève Couillard Després, Étienne Dupuis


___________________________________________________________________

Salle Pierre-Mercure, Centre Pierre-Péladeau, Montréal

11 août, 19h30
Beethoven, Symphonie n° 1 en do majeur, opus 21
Beethoven, Symphonie n° 2 en ré majeur, opus 36
Beethoven, La Symphonie n° 3 en mi bémol majeur, opus 55 « Eroica »

12 août, 19h30
Beethoven, Symphonie n° 4 en si bémol majeur, opus 60
Beethoven, Symphonie no 5 en do mineur, opus 67

13 août, 19h30
Beethoven, Symphonie n° 6 en fa majeur, opus 68
Beethoven, Symphonie n° 7 en la majeur, opus 92

14 août, 19h30
Beethoven, Symphonie n°8 en fa majeur, opus 93
Beethoven, Symphonie n° 9 en ré mineur, opus 125
Solistes : Marc Hervieux, Marie-Josée Lord
      Geneviève Couillard Després, Étienne Dupuis

15 août, 19h30
De Notre-Dame à Monopolis
Pièces de Luc Plamondon (Starmania et Notre-Dame-de-Paris)
Solistes : Marc Hervieux, Marie-Josée Lord
           Étienne Dupuis, Raphaëlle Paquette

___________________________________________________________________


Notes:
L’intégrale des symphonies de Ludwig van Beethoven (1770 - 1827)

Les deux premières symphonies de Beethoven (1800 et 1802) sont d’inspiration et de facture
classiques. Cependant, la 3e symphonie (1804), dite « Héroïque », va marquer un grand
tournant dans la composition d’orchestre. Beaucoup plus ambitieuse que les précédentes,
l’Héroïque se démarque par l’ampleur de ses mouvements et le traitement de l’orchestre.
Le premier mouvement, à lui seul, est plus long que la plupart des symphonies écrites à cette
date. Cette œuvre monumentale, écrite au départ en hommage à Napoléon avant qu’il ne soit
sacré empereur, révèle Beethoven comme un grand architecte musical et est considérée
comme le premier exemple avéré de romantisme en musique.

Bien que plus courte et souvent considérée comme plus classique que la précédente,
les tensions dramatiques qui parsèment l’œuvre font de la 4e symphonie (1806) une étape
logique du cheminement stylistique de Beethoven. Puis viennent deux monuments créés le
même soir, la 5e symphonie (1808) et la 6e symphonie (1808).

La cinquième et son fameux motif à quatre notes, souvent dit « du Destin » (le compositeur
aurait dit, en parlant de ce célèbre thème, qu’il représente « le destin qui frappe à la porte »)
peut se rapprocher de la troisième par son aspect monumental. Un autre aspect novateur est
l’utilisation répétée du motif de quatre notes sur lequel repose presque toute la symphonie.
La 6e symphonie dite « Pastorale » évoque à merveille la nature que Beethoven aimait tant.
En plus de moments paisibles et rêveurs, la symphonie possède un mouvement où la musique
peint un orage des plus réalistes.

La 7e symphonie (1812) est, malgré un second mouvement en forme de marche funèbre,
marquée par son aspect joyeux et le rythme frénétique de sa finale, qualifié par Richard Wagner,
d’« apothéose de la danse ». La symphonie suivante (1813), brillante et spirituelle, revient à
une facture plus classique. Enfin, la 9e symphonie (1824) est la dernière symphonie achevée
et le joyau de l'ensemble.

Durant plus d’une heure, c’est une symphonie en quatre mouvements qui ne respecte pas la
forme sonate. Chacun d’eux est un chef-d’œuvre de composition qui montre que Beethoven
s’est totalement affranchi des conventions classiques et fait découvrir de nouvelles perspectives
dans le traitement de l’orchestre. C'est à son dernier mouvement que Beethoven ajoute un chœur
et un quatuor vocal qui chantent l’Hymne à la joie, un poème de Friedrich von Schiller.
Cette œuvre appelle à l'amour et à la fraternité entre tous les hommes et la partition fait
maintenant partie du patrimoine mondial de l'UNESCO L’Hymne à la joie a été choisi comme
hymne européen.